Claude Simon

« je n’avais vu que des chargements de choses confuses où je n’avais naturellement pu reconnaître ni matelas, ni buffets, ni bahuts : il me fallait pourtant finir, et finir un « mouvement », celui de cette phrase qui décrivait un entassement, une pyramide élevée, et il m’a semblé qu’il et elle (c’est-à-dire le mouvement et la pyramide) devaient s’achever, être couronnés par quelque chose de léger, d’aérien. J’ai longtemps cherché. À la fin, j’ai trouvé : mot et objet : bicyclette… Et est-il encore besoin de dire que pas plus que les bahuts ou les matelas, pas plus que le mouchoir sous les genoux de la veuve de guerre, je ne pourrais garantir que j’ai vu une bicyclette : aucun souvenir de cet objet particulier n’était resté dans ma mémoire, et pourtant, quelque chose m’avait imposé ce mot, de sorte qu’au contraire de Stendhal, je pourrais jurer que cette description est parfaitement véridique. »

Extrait de: Claude, Simon. « Quatre conférences. » Éditions de Minuit, 2011. iBooks.
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s